logo
Copyright Tout est Com 2016
Robots et intelligence artificielle: craintes et opportunitées
1154
post-template-default,single,single-post,postid-1154,single-format-standard,bridge-core-1.0.5,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,side_area_uncovered_from_content,footer_responsive_adv,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-18.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.3,vc_responsive
Robots et destruction d'emplois

Les robots

Si l’automatisation robotique se développe largement, depuis toujours son développement suscite de nombreuses interprétations, fantasmes et/ou inquiétudes ! Elle s’exprime dans les récits ou les films de science-fiction mais aussi dans les essais philosophiques et même dans les mouvements sociaux… Mais ce qui inquiète particulièrement en fait c’est l’I.A. !
L’I.A. : Intelligence Artificielle, dans le langage courant, c’est l’imitation de capacités cognitives humaines. Ce sont des systèmes informatique permettant la résolution de problèmes à forte complexité logique ou algorithmique. Les dernières technologies informatiques et techniques algorithmiques, comme le « deep learning » et les réseaux neuronaux, ont permis la réalisation de programmes informatiques surpassant l’homme dans certaines de ces capacités cognitives emblématiques : le jeu d’échecs en 1997, mais plus récemment le jeu de Go et la reconnaissance vocale en 2016.

Les androïdes faisant preuve d’intelligence artificielle dans la fiction sont nombreux : Data de Star Trek (Next generation) est un être cybernétique doué d’intelligence tel qu’il était pensé dans les années 1980 ; dans le manga « Ghost in the Shell » une androïde s’éveille à la conscience, dans la saga « Terminator » avec Arnold Schwarzenegger le robot T-800 reprogrammé semble dans la capacité d’éprouver des sentiments humains ; « 2001, l’Odyssée de l’espace » de Stanley Kubrick montre la lutte entre l’ordinateur HAL et Dave ; dans Blade Runner de Ridley Scott des hommes artificiels (des « répliquants ») reviennent sur terre après une mission spatiale mais n’acceptent pas leur mort programmée ; Tron où le Maître contrôle principal (MCP) est un programme d’échecs qui a évolué en IA et tente de prendre le contrôle total du système ; Matrix est une trilogie cinématographique de science-fiction dans laquelle les humains, enfermés dans un monde créé par l’IA sont asservis par les machines ; ou encore « I, Robot » avec Will Smith ; jusqu’au tendre « L’Homme bicentenaire » avec Robin Williams.
Les séries télévisées se sont aussi inspirés de thèmes semblables : le kitchissime K 2000 dans les années 80 avec une Pontiac Trans-Am qui embarque une intelligence artificielle au nom de K.I.T.T. , « Person of Interest » met en scène un groupe de personne guidés par une intelligence artificielle capable de prédire des crimes, la série télévisée suédoise Real Humans qui décrit l’émergence de robots doués de conscience au sein de la société humaine, et le spectaculaire Westworld qui met en scène des androïdes à l’apparence humaine qui commencent a adopter des comportements imprévisibles…

C’est dans les jeux vidéo que l’Intelligence Artificielle s’est le plus popularisée dernièrement, et c’est aussi un des domaines où elle se développe rapidement : elle profite des progrès de l’informatique, avec des cartes graphiques dédiées qui déchargent le processeur principal. Celui-ci peut désormais être utilisé pour traiter des systèmes d’IA plus perfectionnés. L’intelligence artificielle peut être utilisée pour « piloter » des bots (des personnages artificiels) évoluant dans les jeux en ligne multijoueurs ou les mondes virtuels, mais on peut aussi citer son utilisation dans des jeux de simulation, ou pour animer des personnages artificiels…

Mais de façon moins connue on le retrouve en banque avec des systèmes experts d’évaluation de risque lié à l’octroi d’un crédit (credit-scoring); la finance avec des projets comme ceux du fond de pension Bridgewater Associates ou l’assureur Japonais Fukoku Mutual Insurance qui va remplacer cette année 25% de ses salariés du département des évaluations des paiements par une Intelligence Artificielle ; le militaire, avec des systèmes tels que les drones, les systèmes de commandement et l’aide à la décision (L’utilisation des I.A. dans ce domaine est devenu de plus en plus important avec aux Etats-Unis 18 milliards de dollars pour trois années de recherches dans tous les domaines requis pour l’automatisation de l’armement) ; la médecine avec les systèmes experts d’aide au diagnostic, la logistique au travers d’approches heuristiques de type résolution de problème de satisfaction de contraintes, et la robotique !

La robotique suscite même des interrogations politiques avec dernièrement la commission des affaires juridiques du Parlement européen qui a adopté un projet de résolution réclamant de la Commission des règles européennes en matière de droit des robots. Ce projet de résolution, datant de mai dernier, a été modifié ces derniers jours. Le texte part d’une série d’inquiétudes en termes juridiques, mais aussi sociaux : le remplacement de l’homme par des robots dans la chaîne de travail pourrait générer des effets néfastes « pour l’avenir de l’emploi et la viabilité des régimes de sécurité sociale, si l’assiette de contributions actuelle est maintenue ». Le « draft » suggère avant tout à la Commission européenne de proposer une définition commune des différentes catégories de robots, afin de classer ces derniers dans un futur registre dédié. Structurellement, il souhaite aussi la création d’une « agence européenne pour la robotique et l’intelligence artificielle, destinée à fournir l’expertise technique, éthique et réglementaire nécessaire pour soutenir les acteurs publics concernés », en ligne de mire notamment les véhicules sans chauffeurs et les robots industriels.

2017 sera sans aucun doute l’année de la grande bascule vers l’I.A. avec une adoption encore plus forte par l’industrie, les entreprises, dans les applications et les services. On a pu tous voir les progrés d’Alexa et Siri, et cette années des progrès très importants sont encore attendu ! Au cours de la seule année 2016, au moins 20 entreprises travaillant dans le domaine de l’Intelligence Artificielle ont été acquises par Apple, Google, Intel, Twitter, eBay, Oracle, Amazon, Microsoft et GE ! Les véhicules autonomes commencent à être une réalité concrète comme avec la google car ou Tesla qui est en train de finaliser la conduite autonome de ses véhicules…
Pourquoi tout le monde s’y intéresse ? Des gains de productivité important sont attendus avec ces machines de nouvelle génération !

La peur ! Elle est le moteur de toutes ces craintes et tous ces rêves. La peur ? C’est l’imagination en action, une imagination qui n’est pas contrôlée car on ne possède pas les connaissances, car on ne maîtrise pas le sujet ! Alors que finalement le robot industriel est programmé pour réaliser des tâches répétitives et non valorisantes, permettant ainsi de libérer les mains de l’homme pour justement des taches à fortes valeurs ajoutées. Le monde évolue, l’homme et la formation doivent suivre ce mouvement vers plus de technicité et de compétences !

Avant de voir ces androïdes et ces robots dotés d’une autonomie importante ne colonisent les usines de France et de Navarre, il reste à lever des freins psychologiques avec entre autre la crainte du chômage. Lorsque l’on regarde la progression de la robotisation dans les pays à forte progression de robotisation, la courbe du chômage se réduit en correspondance : On sait aujourd’hui statistiquement qu’à partir du 5ème robot mis en production, un emploi complémentaire est créé !

Un rapport français nuance la destruction d’emploi causée par la robotisation :
www.numerama.com/business/224594-un-rapport-francais-nuance-la-destruction-demploi-causee-par-la-robotisation.html

No Comments

Post A Comment

*

↓